Avec les élèves volontaires de CM1 et CM2 accompagnés par Mesdames BIOLA, PASCO, PHILIPPE et LANQUETOT , nous sommes partis à Montmartre vivre un temps fort !

Partis en car à 17h15, nous sommes arrivés au pied de la butte Montmartre à 18h30. Puis il nous a fallu gravir les quelques 270 marches avant de découvrir la basilique du Sacré-Coeur qui surplombe tout Paris !

Cet endroit est un haut lieu de prière qui attirent de nombreux pélerins depuis bien longtemps ! Au début du IIIe siècle, les premiers chrétiens de Paris avec leur évêque Saint Denis, le prêtre Saint Rustique et le diacre St Eleuthère, versèrent leur sang pour leur foi, donnant ainsi à cette colline son nom actuel de « Mont des Martyrs ». Puis pendants 7 siècles jusqu’à la Révolution française, une grande abbaye bénédictine sera un foyer intense de vie spirituelle. Enfin, la basilique actuelle est la réalisation d’un vœu prononcé par l’Assemblée Nationale française après la défaite militaire de 1870. A l’origine de ce vœu, deux jeunes pères de familles, Messieurs Legentil et Rohault de Fleury qui projetèrent d’offrir au Sacré-Cœur de Jésus une église qui lui serait consacrée, en signe de renouvellement spirituel, d’espérance et de confiance.

Le nom de « Sacré Cœur » désigne le Cœur de Jésus, Fils de Dieu fait Homme. C’est à dire que dans le cœur humain de Jésus, les chrétiens contemplent l’amour infini du cœur de Dieu. Tout au long de sa vie, Jésus n’a cessé de révéler cet amour de Dieu pour les hommes, jusqu’à laisser percer son cœur sur la Croix, d’où jaillit l’eau et le sang de la vie divine. Ce signe du cœur ouvert, par lequel il se fit reconnaître par ses disciples, après la Résurrection, est omniprésent dans les sculptures, vitraux, statues, bas-reliefs et mosaïques de la Basilique. Il manifeste l’amour de Dieu donné à chacun sans mesure, et nous appelle à notre tour, en entrant dans la Basilique, à ouvrir notre cœur pour accueillir cet amour. Ainsi, assez rapidement au cours de la construction, il y a maintenant plus de 130 ans (1er août 1885), alors que la basilique n’était pas encore achevée, le Corps du Christ dans le Très Saint Sacrement a été adoré sans interruption, pour l’Eglise et le monde. Et cette grande chaîne de prière, d’adoration, d’intercession, se poursuit.

Nous contournons la basilique par la gauche et arrivons devant la maison EPHREM collée derrière la basilique et reliée à celle-ci par un couloir, où les soeurs bénédictines du Sacré-Coeur de Montmartre nous accueillent pour la nuit.

 Nous pique-niquons dans le square attenant et faisons connaissance avec le groupe de l’école Saint-Gabriel de Bagneux avec lequel nous sommes venus.

Puis une sœur nous indique nos dortoirs pour la nuit. Par les fenêtres, une vue imprenable sur Paris et sur la basilique ! Après avoir tout installé pour la nuit et nous être brossé les dents, Sœur Marie-Constance, nous introduit à l’adoration. En effet, ici, jour et nuit, le Corps du Christ est offert, tourné vers la grande ville, Paris, vers le monde, vers chacun d’entre nous. L’adoration est un coeur à coeur avec Jésus où on peut lui dire notre amour et recevoir le sien! 

A 21h30, nous nous rendons dans la basilique pour les complies, dernier office de la journée, et pour la messe à 22h.

Puis, dans la basilique fermée au public et plongée dans l’obscurité et le silence, nous passons du temps seul avec Jésus coeur à coeur,  les yeux tournés vers le Saint-Sacrement illuminé. Quelle joie ! Quelle paix !La Basilique du Sacré Cœur est entièrement conçue comme un écrin pour présenter au monde le Corps du Christ, dans le Sacrement de l’Eucharistie, l’Hostie consacrée. En entrant, notre regard est attiré par la grande mosaïque du Chœur, au-dessus du Maître-autel. Celui-ci est surmonté d’un Ciborium où se trouve, exposée dans l’Ostensoir, une grande hostie blanche consacrée par le prêtre au cours de la Messe, présence réelle du Christ parmi nous. Dans la nef, des hommes et femmes se relaient jour et nuit sans interruption depuis le 1er août 1885 dans une prière silencieuse d’Adoration, pour l’Eglise, pour le monde et pour la paix. 

A partir de 23h et jusqu’à minuit et demie, chacun rejoint son lit pour un repos bien mérité!                                                                        

Samedi matin, réveil à 7h30 puis rangement. Certains ont voulu se réveiller plus tôt que le groupe pour retourner prier devant le Saint-Sacrement. Certains ont même pu recevoir le sacrement de réconciliation. Puis petit-déjeuner .

Ceux qui le souhaitaient ont pu se rendre à l’office des Laudes à 8h30.

A 9h, une soeur bénédictine est venue pour témoigner de son appel, de sa vie et répondre à nos nombreuses questions. Ensuite, nous avons pris un temps de prière, guidé par cette sœur, dans le chœur de la Basilique tout près de Jésus.

10h : pause jeu et collation dans les jardins.

10h30 : Le temps étant un peu frais, nous nous installons dans la crypte où nous découvrons l’histoire du Sacré-Cœur dévoilé par Jésus à Marguerite-Marie Alacoque entre 1673 et 1675 au cours de plusieurs apparitions. Jésus lui dévoile son coeur passionné d’amour pour tous les hommes et lui exprime son désir d’être aimé en retour.

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis nous découpons, colorions et assemblons le Sacré-Coeur de Jésus afin de pouvoir le rapporter chez nous pour l’y exposer, comme l’a demandé Jésus à sainte Marguerite-Marie : « Et il me fit voir qu’il fallait honorer (le Cœur de Dieu) sous la figure de ce Cœur de chair, dont il voulait l’image être exposée et portée sur soi et sur le coeur, pour y imprimer son amour et le remplir de tous les dons dont il était plein. Et que partout où cette sainte image serait exposée pour y être honorée, il répandrait ses grâces et bénédictions. »

11h30 Déjà temps de repartir !

Nous quittons Montmartre après un beau moment vécu tous ensemble, avec dans la poche la prière de consécration au Coeur-Sacré de Jésus et notre cœur tout brûlant de l’amour de Jésus! C’est d’ailleurs ce que nous avons chanté dans le car sur la route du retour :

« Le feu est allumé aujoud’hui ! Chantons alléluia, le feu est allumé! Que ton feu Seigneur brûle en moi ! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>